Kim Kardashian plus noire que nous !

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le fait que des personnes externes à la communauté noire, utilisent nos coutumes, nos danses et nos expressions à des fins financières est une chose qui se perpétue depuis des siècles. Souvent, des noir(e)s trouvent le moyen de blâmer d’autres noir(e)s par rapport à notre économie qui à ce jour ne connait toujours pas de croissance exponentielle… Je pense qu’il faudrait se pencher sur une chose d’assez dramatique qui est ce que j’appelle « le capitalisme à visages recalés ».

Les Noir(e)s de tous les horizons ont un sens créatif inné, une facilité à l’initiative, une haute maîtrise des arts et ceci n’est pas une généralité mais quelque chose que l’on peut observer au quotidien. Que ce soit par la témérité du langage (poésie,griotisme, proverbes et expressions populaires), la multiformité des cultures (je tiens à préciser que dans nos cultures, toute chose n’est pas bonne à prendre non plus), la manutention artistique (architecture, peinture, sculpture, le maquillage etc), l’intelligence musicale, la prééminence capillaire, l’expression vestimentaire, la mouvance corporelle (la danse), et le savoir culinaire, nous ne trouvons aucune difficulté à produire matières attractives pour les cinq sens primaires. Nous sommes aussi dotés d’un réel pouvoir d’adaptation spatio-temporelle et d’une innovation systématique qui aurait pu être notre stimulant économique.

Ma définition du capitalisme à visages recalés est le phénomène qui pousse un groupe de personnes privilégiées à montrer un grand intérêt pour les activités de personnes minoritaires. Dérober leurs idées, en faire un fond de commerce, exploiter des travailleurs pour permettre que le tout prenne une forme éléphantesque et tout ceci en continuant à mépriser l’humain. Lorsqu’une minorité tente de tirer profit de ses propres exploits, il sera primordiale de lui montrer la plus grande indifférence et lui faire croire que son projet n’aboutira à rien pour qu’après rétractation, les plus puissants puissent se réapproprier la chose.

par Ntumba Matunga

Leave a Replay

Ecrivez-nous