Qui peut se définir Noir-e?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans un autre cadre spatio-temporel, l’Afrique avant la pratique de l’esclavage, pensez-vous que les noir-e-s d’antan s’identifiaient comme noir-e? Pour ma part, je ne pense pas. Je crois qu’ils se désignaient comme étant Ashanti, Bété, Bamiléké, Tutsi, Xhosa, Ewe, Malinké, ou encore Kuba, et je crois aussi  que c’était leur appartenance ethnique qui les différenciait des autres. Ma réflexion me pousse à penser que ce n’est qu’une fois les mains liées et le dos lacéré par les coups de fouets des esclavagistes, que les noirs ont été forcé de remarquer leur couleur. Je dis souvent que notre représentation au sein de la société est abstraite car, pour la plupart, et si on doit vraiment prendre notre couleur de peau en considération, nous ne sommes pas noir, nous sommes marrons.

Les variations de nos carnations diffèrent d’une hérédité à une autre, ou d’un environnement à un autre, mais il n’existe pas qu’une seule et même nuance de couleur marron étendue sur la chair de celles et ceux qu’on appelle aussi afro-descendant-e-s. Il y a des marrons foncés et des marrons clairs qui se rapprochent du beige voire du vrai blanc, je n’apprends rien à personne quand je dis que sur un même corps on trouve des parties plus halées qui se mélangent à des zones plus éclairées ! Vous êtes sûrement en train de vous demander pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Tout simplement pour démontrer que la peau noire a plusieurs aspects. Je ne parviens pas à saisir comment on peut encore s’entendre dire « tu n’es pas Noir-e, tu es métisse », sachant que de façon ethnologique, nous sommes presque tous des êtres issus du métissage (le métissage ce n’est pas que Noir + blanc). Se dire Noire ne revient pas à dire que tu es Haitienne, Burundaise , ou Jamaïcaine, car la couleur de peau noire est quelque chose de politique, c’est quelque chose qui a été instauré dans cette société et, comme je l’ai dit au début, à l’origine on se distinguait par nos tribus et non par notre couleur !

Dark skin ou light skin, peu importe c’est dans le même panier… Dans ce panier il y a des mangues, des pastèques, des noix de coco, des ananas, des figues, et des avocats. La façon dont on épluche, la façon dont on coupe, la façon dont on dévore chacun de ces fruits ne sera jamais identique mais il n’empêche que à la fin de la journée on sait où tout cela termine… Ce que j’essaye de dire c’est que dans la communauté noire, tous les membres sont maltraités par des personnes externes, mais certains auront droit à un traitement moins pénible que les autres à cause du colorisme. Ces stéréotypes qui décrivent la femme noire claire comme étant une femme exotique qui saute sur tout ce qui bouge, ces clichés sur la femme noire foncée qui la représentent comme étant une brute sans sentiments (et moche en plus de ça), sont le fruit du colorisme qui privilégie les teintes claires. Dans nos familles, on entendait « elle est trop noire », ou « ne te laves pas avec ce savon tu vas abîmer ta belle peau » ou encore « tu devrais mettre ce nouveau produit éclaircissant pour unifié ton teint ». De 1970 à 1999 les noirs avaient réappris à s’aimer, on se demande vraiment qu’est-ce qui a été l’élément déclencheur pour qu’on passe d’une fourchette de chanteuses noires (toutes nuances confondues) à cette nouvelle génération de chanteuses qui ont toutes le même profil (teint clair, petit nez) depuis les années 2000 ! Vous remarquerez que les hommes coloristes aiment les femmes claires mais ils détestent les hommes clairs car ils leur reprochent d’être trop faiblards, prétentieux et pour le coup pas assez masculin. 

Les influenceuses noires les plus suivies ont toutes le même point commun, leur teint très clair ! Pour qu’une dark skin soit mise en avant, il faut vraiment qu’elle ait une beauté surnaturelle et un maquillage toujours au top, alors qu’une autre femme devra juste être claire avec un afro bouclé. Même le militantisme noir était, et est toujours, principalement représenté par des light skin et ce parce qu’ils/elles correspondent aux critères du noir qui est acceptable au sein de la société. C’est une réalité qu’on ne peut vraiment pas nier…

Les noires claires sont mises sur un piédestal dans la communauté et il fut un temps où toutes les femmes les jalousaient parce qu’on leur faisait entendre dans toutes les langues que de part leur couleur ou la texture de leur cheveux, elles étaient moins attirantes. Nous sommes déjà assez opprimés avec le racisme et je sais qu’on ne peut forcer les gens à se déconstruire mais si vous n’êtes pas prêts à changer vos mentalités, faites-nous au moins le plaisir de garder vos propos dégradants pour vous. Je pense qu’on cherche tous à avoir une communauté noire unie sans hiérarchie de couleur et sans que qui que ce soit ne se fasse piétiner à cause d’une incompatibilité sociétale. Revendiquons notre beauté qui se fait voir sous toutes les couleurs et toutes les formes.

Amour sur vous les marrons !

par Ntumba Matunga

Tétons Marrons s’engage à être la première plateforme vers laquelle les femmes noires se tournent pour trouver une source d’informations qui est  à l’image de leur existence.

Recent Posts

Follow Us

Weekly Tutorial