Amputée des deux jambes à cause de la coupe menstruelle

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Depuis un peu plus d’un an, les protections hygiéniques ne sont plus considérés produits de luxe mais bien produits de première nécessité. Malgré le fait que la taxe tampon ne soit plus applicable, leur coût reste onéreux pour les sœurs précaires.

Une jeune femme Belge d’à peine 17 ans est décédée le 13 janvier 2020 suite à un choc toxique provoqué par son tampon. Peut-on dire que nous finançons notre propre mort?

On avait découvert que la composition des tampons et des serviettes hygiéniques contenait des résidus nocifs comme la dioxine, des perturbateurs endocriniens, des pesticides, de l’hydrocarbure et du glyphosate. Certains chercheurs affirmaient aussi que ces composants étaient la cause de l’endométriose chez les femmes, théorie qui a vite été contestée par d’autres scientifiques…

Pour palier à tout ceci, on nous avait alors proposer un produit miracle qui serait respectueux de l’environnement et du corps des femmes, je cite la coupe menstruelle. Un petit entonnoir en silicone que l’on introduirait dans le vagin pour une durée de 4 à 12 heures. Seulement voilà, nous apprenons qu’une femme de 36 ans a été amputée des deux jambes et a perdu l’usage de ses doigts à cause d’un choc toxique déclenché par… La CUP !

Le but des protections intra-vaginales est d’empêcher l’évacuation du sang, seulement il semblerait que l’accumulation de sang gardée, permettrait le développement de toxines nommées TSST1 qui donnent vie à des bactéries que l’on appelle staphylocoques dorées, bactéries responsables de plusieurs maladies dont les chocs toxiques.

Les protections hygiéniques provoquent une baisse de fertilité voire la stérilité, des arrêts cardiaques ou encore la perte de membres vitaux. Sommes-nous vraiment en train laisser passer une autre forme de féminicide menstruelle qui tue 100 femmes par an?

Je vous conseillerai de porter des serviettes lavables en coton, des culottes de menstruations, des protections hygiéniques certifiées bio ou alors d’essayer la méthode du flux instinctif qui consiste à se contenir et ne laisser couler le sang que lorsqu’on est aux toilettes.

Bonne chance pour la survie mes sœurs !

par Ntumba Matunga

Leave a Replay

Ecrivez-nous