Le modèle noire, Amy Lefevre, refuse de porter un masque de singe au défilé

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Amy Lefevre, 25 ans, était l’un des modèles choisis pour marcher au défilé de la fashion institute of Technology, université d’État de New York enseignant les arts, les technologies, l’illustration, l’animation ou le design liés à l’industrie de la mode.

« Je me tenais là, déjà prête à craquer, j’ai fait savoir à l’équipe que j’étais mal à l’aise et que ces pièces étaient clairement racistes, ce à quoi on m’a répondu que ce n’était pas grave de se sentir mal à l’aise pour 45 secondes » confia Amy au New York Post.

Le mannequin qui marche depuis maintenant 4 ans et est apparue sur plus de 2000 catwalk, affirme ne pas être étrangère à l’industrie de la mode et malgré son ancienneté dans le milieu, c’est la première fois qu’elle expérimentait une chose aussi terrible que la fashion institute of technology, le 7 février 2020.

« J’en tremblais, je ne pouvais contrôler mes émotions, tout mon corps tremblait, je ne m’étais jamais sentie comme ça. Il n’est pas normal que les promoteurs n’aient pas pensé à changer les accessoires alors que les personnes de couleurs galèrent quotidiennement en 2020. »

Amy Lefevre respecta son engagement et s’est forcée à défiler mais sans le masque raciste qui était, en réalité, des sex toys. Elle quitta le show directement après son passage.

C’est Junkai Huang, un styliste fraîchement diplômé de la FIT, qui avait eu l’idée de ces accessoires. Des témoins affirment que le Styliste n’avait pas imaginé que ce costume pouvait avoir une connotation raciste, ils déclarent que le concept de base était de mettre en lumière les vilains aspects de nos corps, propos que la présidente de la fashion institute of technology, Dr. Joyce F. Brown, a appuyé lorsqu’elle a présenté ses excuses.

Amy Lefevre a fait preuve d’un grand courage car, comme on le sait, le mileu de la mode est un milieu très fermé pour les noirs, où il demeure très facile de perdre sa place. La jeune mannequin n’a pas eu peur de faire passer sa dignité et son honneur de femme noire avant sa carrière, elle donne l’opportunité à d’autres modèles noires de pouvoir défendre leur humanité ainsi que leur valeur. Une libération de la parole qui ne fera que du bien à la communauté Noire.

par Ntumba Matunga

Leave a Replay

Ecrivez-nous