Ava DuVernay et Netflix attaqués en Justice pour la série « When they see us »

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Linda Fairstein, la procureure qui en 1989 avait réussi à incarcérer 5 adolescents noirs pour un crime qu’ils n’avaient pas commis, attaque la réalisatrice Ava DuVernay et la production Netflix en justice.

Selon TMZ, Fairstein insatisfaite de la manière dont elle a fut représentée dans la série « when they see us », accuse Netflix et Ava DuVerney d’avoir détruit sa carrière.

L’ancienne procureure affirme avoir prévenu Ava DuVernay, avant la réalisation de la série, qu’elle ne souhaitait pas voir son nom jeté en pâture. Avertissement qui n’a pas été pris en compte puisque, le 31 mai 2019, la mini série fit gonfler le nombre de visionnages de la plateforme Netflix et ce en un temps record.

Linda Fairstein déplore le fait que la série ait portraituré sa personne comme étant une femme méchante, raciste, immorale et prête à tout pour enfermer des jeunes garçons noirs.

Dans sa plainte, Linda Fairstein dément un grand nombre de faits évoqués dans la série, comme l’interrogatoire de mineurs sans présence de leur tuteur, l’utilisation du terme « rafle de voyous » pour qualifier l’arrestation massive de jeunes garçons noirs, la modification chronologiques des événements pour qu’ils coïncident avec l’heure à laquelle la joggeuse fut violée dans central park, elle nie avoir fait usage du mot « animal » pour désigner les noirs, elle n’aurait jamais dissumiler les test ADN prouvant l’innoncence des 5 garçons, ni donner l’ordre de forcer une fausse confession pour inculper les 5 innocents.

Fairstein affirme que l’image que Ava DuVernay et Netflix ont véhiculé est purement diffamatoire. Les réactions négatives du grand publique générées par la série, ont causé la perte de plusieurs de ses contrats, ses publicistes et agents lui ont tourné le dos, sa carrière d’autrice est désormais au plus bas et elle fut forcée de se retirer de plusieurs organisations non gouvernementales à but non lucratifs.

C’est ce déferlement brutal qui incita l’ancienne procureure a porté plainte le mecredi 18 mars 2020. Fairstein réclame des excuses publiques, le retrait des scènes qu’elle juge fictives, elle demande aussi que la série soit catégorisée comme fiction et non comme histoire basée sur des faits réels. Elle désire un dédommagement financier.

Netflix déclare à TMZ, « L’action judiciaire frivole de Linda Fairstein est sans mérite. Nous avons l’intention de défendre vigoureusement la série « when they see us », Ava DuVernay et toute l’équipe derrière la série. »

par Ntumba Matunga

Leave a Replay

Ecrivez-nous