Rokia Traoré emprisonnée alors qu’elle voulait sauver sa fille

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La chanteuse Malienne, Rokia Traoré, a été arrêtée alors qu’elle descendait de son avion en provenance de Bamako, à l’aéroport de Roissy, le mardi 10 mars 2020.

 

Le Monde révèle que la chanteuse était visée par un mandat d’arrêt (un mandat pour enlèvement, séquestration et prise d’otage) Européen émis par un juge d’instruction de Bruxelles, ainsi que l’a confirmé le parquet de la capitale belge, sans autre précision.

Un mandat qui découlerait d’un litige entre Rokia Traoré et son ex mari à propos de la garde de leur enfant. Il semblerait que fin d’année 2019 la bataille judiciaire, censée déterminer lequel des parents ressortirait vainqueur, ait déterminer que la garde de la petite fille de 5 ans des parents séparés reviendrait à son père Belge et non à sa mère Malienne. Décision fortement contestée par Rokia Traoré.

« Elle allait à Paris pour prendre ensuite un train pour son audience d’appel à Bruxelles, mais aussi dans le cadre d’une mission des affaires culturelles maliennes pour laquelle elle avait un passeport diplomatique », avait protesté vendredi son avocat.

L’artiste malienne est aussi connue pour son engagement en faveur des réfugiés. Elle a été nommée en 2016 ambassadrice de bonne volonté par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Samedi, le gouvernement de Bamako lui a exprimé « sa solidarité » et confirmé qu’elle était titulaire d’un passeport diplomatique malien.

Il semblerait que la démarche première de Rokia était de sauver sa petite fille des griefs de son père. L’ancien compagnon de Rokia Traoré et père de leur enfant est, selon Le Monde, visé par une plainte pour attouchement sexuel sur l’enfant en France et au Mali. Il est défendu par Me Yves Berton. Le collectif des Mères veilleuses (Mères monoparentales de Belgique) a lancé une pétition en ligne pour exiger la libération de la chanteuse.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel a examiné, mercredi 18 mars 2020,cette demande de remise à la Belgique formulée par la justice belge et mis sa décision en délibéré. L’avocat de l’artiste, Me Kenneth Feliho, était injoignable mercredi après-midi selon l’AFP.

La justice française dira le 25 mars si elle approuve une demande de remise à la Belgique de la chanteuse malienne Rokia Traoré.

par Ntumba Matunga

Tétons Marrons s’engage à être la première plateforme vers laquelle les femmes noires se tournent pour trouver une source d’informations qui est  à l’image de leur existence.

Recent Posts

Follow Us

Weekly Tutorial