Critique-t-on les choix des femmes pour ne pas remettre en question le comportement des hommes?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Il est fréquent d’entendre, lorsqu’une femme raconte son expérience amoureuse désastreuse, des remarques questionnant l’intelligence de la femme ou des réflexions qui s’ameutent pour la rabaisser.

Si les consciences se tardent à évoluer, si des femmes noires n’osent toujours pas prendre partie pour d’autres femmes noires à l’heure actuelle, si les femmes noires sont toujours aussi enclines à prouver qu’elles sont soumises aux hommes, c’est tout simplement parce que la société raciste et sexiste dans laquelle nous nous trouvons déresponsabilise les hommes de leurs mauvaises actions.

Choisisez bien vos mecs !

instagram: @yvonnevictoria

Par facilité, il sera suggéré aux femmes de mieux choisir leur partenaire et ce, en ne prenant pas du tout en considération le fait que ces critiques exigeantes que l’on a envers les femmes permettent la banalisation de la violence physique ou verbale dont les hommes font usage sans crainte de représailles.

Nous avons été éduqué dans la crainte qu’il puisse nous arriver malheur un jour. Les mères, les tantes et les grand-mères se montrent préventives à l’égard des petites filles en s’assurant de garder une certaine pudeur qui ne dira pas clairement de quel danger il faudrait s’inquiéter mais qui reste compréhensible sur la provenance du danger, les hommes.

Ne te tiens pas comme ça, croise tes jambes !

Ne joue pas avec les garçons, ils risquent de te toucher au mauvais endroit…

Ne traîne pas dehors la nuit, un malheur pourrait t’arriver.

Ne te montre pas en short devant tes oncles…

Les hommes sont imprévisibles, il ne faut pas les tenter !

 

Ces phrases, qui se répètent de générations en générations, indiquent aux filles et aux femmes de rester vigilantes et de ne pas se laisser surprendre par le danger qui les traque partout où elles se trouvent. Malgré cette prévention faite à un seul genre, les filles et les femmes subissent toujours des violences de toutes sortes et se voient vivre avec des traumatismes quasiment incurables.

Ce n’est pas aux femmes à apprendre à se couvrir, ce n’est pas aux femmes de se soumettre et se rabaisser, ce n’est pas aux femmes à apprendre à se défendre. Les femmes ne sont pas censées vivre dans la crainte, la vie d’une femme ne devrait pas être synonyme de combat auquel elle doit être préparée, il n’est pas normal que le quotidien d’une femme se résume à être forcée de simuler une conversation téléphonique lorsqu’elle passe devant un groupe de garçons…

Photo de Ashy Kebba (instagram: @findashk)

Ce sont les jeunes garçons et les hommes qui devraient être rappelés à l’ordre, c’est à eux qu’il serait préférable de faire toutes formes de suggestions sur la conduite. Il n’est pas normal que l’on continue à martyriser des jeunes filles et femmes pour le simple fait qu’elles possèdent une vulve alors que des hommes continuent à sévir en toute impunité.

Dire à des femmes victimes d’escroquerie, de violence, ou encore de meurtre appliqué par leur partenaire, qu’elles doivent mieux choisir avec qui elles décident de se mettre en couple, revient à déresponsabiliser les hommes de leur actes, culpabiliser les femmes, perpétuer les vieilles coutumes de cette société raciste-sexiste-patriarcale, et prôner le viriarcat qui place les hommes en êtres supérieurs dont la virilité octroie le droit d’exercer un rapport de force sur les femmes.

Laisser entendre que les femmes doivent mieux choisir leur partenaire, c’est aussi exprimer implicitement que les hommes abusifs se font rares et que leur cas est exceptionnel, hors une étude a démontré que 70% de femmes dans le monde étaient victimes de violences.

Pour pouvoir aspirer à une évolution sociétale, il va falloir changer le fusil d’épaule et accepter une réalité, les violences physiques et verbales à l’encontre des femmes sont appliquées par une majorité d’hommes ! Afin d’acquérir une réelle libération des femmes, il serait judicieux d’arrêter de faire culpabiliser les femmes et de commencer à responsabiliser les hommes.

Tweet datant du 08/05/2020

Le tweet ci-joint a été retweeté par 5 175 personnes et aimé par 17 500 personnes. Ceci prouve que le fait que des hommes prétendent être des hommes qu’ils ne sont pas pour manipuler les femmes est une chose qui a été assimilé par plus d’une personne et qui plus est, est considérée normale.

Des hommes n’ont pas honte d’affirmer être des manipulateurs, ils ne ressentent aucune gêne à faire usage de la violence sur les femmes mais, pendant ce temps, des femmes sont honteuses de dire qu’elles ont été trompées, frappées ou encore violées… Trouvez l’erreur !

Les femmes méritent d’être libres, de vivre en paix sans se soucier de savoir si une attaque inconnue pourrait bouleverser leur vie. Ce n’est pas aux femmes de faire attention, ce sont les hommes qui doivent arrêter d’oppresser les femmes et il n’est pas normal d’avoir peur de le dire !

ntumbamatungapar Ntumba Matunga

Leave a Replay

Ecrivez-nous