A-t-on envie de retourner sur son lieu de travail après la crise du covid-19 quand on est une femme noire?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Si pour certaines femmes, l’ambiance au travail est paradisiaque, pour d’autres, se rendre tous les jours à un endroit où les micro-agressions se multiplient, est un supplice ! Reprenons brièvement les quelques point qui font du milieu professionnel un enfer pour les femmes noires.

Montrer toutes ses dents

Bon nombre de femmes noires s’efforcent de toujours se montrer souriantes, car il semblerait que, dans le milieu professionnel, les personnes blanches seraient mal à l’aise face à un visage noir neutre. 

Lorsqu’une femme noire s’exprime de manière cordiale, sans sourire, ses collègues s’empresseront de lui attribuer un caractère hostile et antipathique qui colle parfaitement à l’image stéréotypée que la société attribue aux femmes noires ; la angry black woman. 

Déjeuner avec la team

Qu’une femme noire tente de dissocier vie privée et vie professionnelle, ou qu’elle utilise son temps de pause déjeuner pour avancer dans ses projets personnels, peu importe, son absence à la cafétéria lui vaudra toujours des réprimandes ! 

Même lorsque d’autres personnes (non-noires) ne partagent pas leur moment de pause avec la majorité de l’équipe, les femmes noires sont les seules jugées asociales. Et si plusieurs femmes noires se lient d’amitié et passent du temps ensemble, on leur reprochera également le fait de ne rester qu’entre « black » ! 

Se laisser insulter

Quand on est une femme noire, travailler pour gagner sa vie implique aussi de devoir écouter les blagues à caractère raciste de ses collègues et avoir à expliquer les points qui rendent la plaisanterie raciste lorsqu’il nous sera reprocher de ne pas avoir d’humour… 

Les changements capillaires peuvent être une épreuve dans le milieu professionnel et devenir une source d’anxiété à cause de ces collègues envahissant-e-s.  Non seulement iels ont les mains comme aimanter à nos cheveux, mais en plus de cela, iels adorent passer en revue tous les mots du champ lexical animal pour nous comparer aux espèces à quatre pattes.

Voir son travail déprécié

La plus grande difficulté réside dans le fait que, certaines femmes noires, malgré leurs qualifications, sont jugées, injustement, inaptes à faire leur travail. Lorsqu’une erreur est commise, elles seront toujours les premières pointées du doigt, et ce, même lorsqu’elles n’y sont pour rien ! 

Au travail, certaines femmes noires voient également leurs idées volées par leurs collègues qui n’éprouvent aucune gêne à recevoir des compliments qu’ils ne méritent pas… Lorsqu’une femme noire tente de se défendre, et accuse un-e de ses collègues de plagiat, de racisme ou d’agression sexuelle, celle-ci sera directement décrédibiliser. 

En ayant connaissance de tous ces éléments, il devient alors évident que le télétravail était, pour les femmes noires, l’opportunité de respirer, se retrouver et travailler sans être importuner d’une quelconque façon par qui que ce soit…

Ntumba Matunga

Ntumba Matunga