infections vaginales : le problème vient peut-être de ton partenaire

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une étude publiée en août 2020 dans Frontiers in Cellular and Infection Microbiology révèle que le partenaire masculin pourrait être une des causes du développement de vaginose bactérienne chez les femmes. 

Une vaginose bactérienne c'est quoi ?

La vaginose, ou la vaginose bactérienne, est un déséquilibre de la flore microbienne du vagin. 

Symptômes

Pour 50% des femmes la vaginose ne présente pas de symptômes,  

pour les autres 50% symptomatiques : 

  • Pertes vaginales, légères ou abondantes, malodorantes de couleur blanche ou grise (l’odeur s’accentue après rapports sexuels) 
  • Probables démangeaisons et gonflement de la vulve 
vaginose causée par les hommes ?

Les chercheurs ont démontré que 31 % des femmes ont développé une vaginose bactérienne après de multiples rapports sexuels avec leur partenaire. Ils dénotent également un indice plus élevé chez les femmes dont le partenaire n’est pas circoncis, notamment à cause de l’espace chaud et humide sous le prépuce qui abriterait des bactéries. 

Ils ont également constaté que la composition du microbiome pénien de l’homme pouvait jouer un rôle majeur dans le développement de vaginose chez la femme. Les bactéries associées à la Vaginose chez les femmes ont été retrouvées sur la peau du pénis, dans le sperme et dans l’urine des hommes. 

Traitements

L’étude suggère de traiter la vaginose bactérienne chez les deux partenaires pour réduire les taux de récidive. Une vaginose peut très bien subsister sans laisser entrevoir de symptômes, pour cette raison, il est important de ne pas hésiter à consulter un-e gynécologue (pour les femmes) ou un andrologue (pour les hommes). 

L’usage de préservatifs est également recommandé pour éviter la prolifération de mauvaises bactéries entre les partenaires.

Conséquences d’une vaginose non-traitée

Selon le manuel MSD, lvaginose bactérienne peut provoquer de graves complications, telles qu’une maladie pelvienne inflammatoire et, chez la femme enceinte, une infection des membranes qui entourent le fœtus (infection intra-amniotique), un travail et un accouchement prématurés, et des infections de l’utérus après l’accouchement ou après un avortement.

Sources :