Maya Angelou devient la première femme noire à apparaître sur les pièces de monnaie américaine

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour la première fois dans l’histoire, le visage d’une femme noire, Maya Angelou, sera tracé dans les pièces de 25 cents américaines bientôt mises en circulation.

La United States Mint a déclaré avoir commencé à expédier les premières pièces mettant en vedette des femmes américaines pionnières, à commencer par la poète, écrivaine et militante Maya Angelou, décédée en 2014 à 86 ans, qui est la première femme noire à apparaître sur la monnaie américaine. Le motif du quartier représente Angelou avec les bras tendus tandis qu’un oiseau se reflète derrière elle avec des rayons de soleil levant, des images inspirées de sa poésie. Faisant partie du programme American Women Quarters, la pièce Angelou est l’une des 4 qui devraient être expédiées cette année jusqu’en 2025.

« C’est un honneur pour moi de présenter les premières pièces de monnaie en circulation de notre nation dédiées à la célébration des femmes américaines et de leurs contributions à l’histoire américaine« , a déclaré le directeur adjoint de la Monnaie, Ventris C. Gibson, dans un communiqué de presse. Chaque trimestre 2022 est conçu pour refléter l’étendue et la profondeur des réalisations célébrées tout au long de ce programme de pièces historiques. Maya Angelou, figurant au revers de cette première pièce de la série, a utilisé des mots pour inspirer et élever.

Travailleuse du sexe, chanteuse, actrice, autrice, poète, scénariste, documentariste, militante, journaliste, professeure…. Quels sont les faits qui font de Maya Angelou une figure emblématique des États-unis ?

En 1959, Maya Angelou intègre la guilde des écrivains de Harlem, c’est au sein de ce groupe, entourée d’autres personnes noires de lettres, qu’elle affine sa plume et gagne en assurance. Après avoir assister à une conférence de Martin Luther king, touchée par la personnalité de ce dernier pour qui elle est encore une inconnue, elle se propose, avec l’acteur et comédient Godfrey Cambridge d’organiser un spectacle dont le casting sera composé de célébrités noires, telles que Cicely Tyson et Leontyne Watts, dans le but de recueillir des fonds pour l’organisation de Martin Luther King, la SCLC (Southern christian leadership conference). Ceci lui permit de devenir, plus tard, coordinatrice de la SCLC et de se rapprocher de Martin Luther King.

Scandalisée de constater que même en dehors des frontières américaines, les noir-e-s étaient persécuté-e-s par les blanc-he-s dans leurs propres pays, Maya Angelou prit l’initiative d’organiser une marche de protestation devant les bureaux de l’ONU pour faire entendre la colère et la désapprobation collective des noir-e-s face à l’assassinat du leader Congolais Patrice Lumumba. ur cette lancée, Maya Angelou co-fonde le collectif féministe CAWAH (cultural association for women of african heritage) qui se compose de danseuses, institutrices, chanteuses, écrivaines, et de musiciennes qui unissent leurs intelligences pour la défense des droits civiques des personnes noires Américaines.

La même année, Angelou s’envole pour l’Egypte avec sa famille, au Caire elle parvint à décrocher le poste de rédactrice en chef adjointe du magazine Arab observer, et ce malgré l’opposition de son mari misogyne ( le militant Vusumzi Make) qui refusait de la voir travailler. Elle y sera la seule femme noire de l’équipe. Après son divorce, la militante met le cap sur le Ghana. Dans ce nouveau pays, elle trouve un emploi à l’université du Ghana, où elle sera adjointe administrative, mais sa situation précaire l’incita à chercher une deuxième activité rémunérée et à postuler au Ghanaian Times, où elle travaillera en tant que journaliste.

En 1993, Maya Angelou est la première femme poète à réciter ses vers pour une investiture présidentielle. Pour l’inauguration du président Bill Clinton, la poète récitait le fameux « on the pulse of the morning » qui sera récompensé, un an plus tard, par un Grammy award. En 2011 la dame aux multiples talents est honorée par la médaille présidentielle de la liberté qui lui sera remise par le président de l’époque, Barack Obama. Suite à cet événement, elle recevra d’innombrables diplômes honorifique et prix de prestiges.

Ntumba Matunga

Ntumba Matunga