Qui se cache derrière le Black history month ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le black history month kézako ? D’où est-ce que ça sort ? Comment est-ce devenu une célébration annuelle ? Voilà des questions bien communes qui intéressent la majorité. En vérité, tout a commencé le 20 février 1895, le jour de la mort de l’abolitionniste féministe Afro-Américain Frederick Douglas.

Quand j'ai fui l'esclavage, c'était pour moi-même ; quand j'ai prôné l'émancipation, c'était pour mon peuple. Mais quand j'ai défendu les droits des femmes, le moi était hors de propos, et j'ai trouvé un peu de noblesse dans l'acte

Frederick Douglas

À Washington, la militante Afro-Américaine, Mary Church Terrell, fait, en 1897, une demande d’instauration de vacances scolaires célébrant Frederick Douglas pour rappeler ses bienfaits à la communauté noire Américaine. Ainsi, en 1897, grâce à Madame ChurchTerrell, il est décidé de débuter un jour de commémoration à l’abolitionniste le 14 février, qui est la date du défunt.

C’est en 1926 que Carter Godwin Woodson instaure la NEGRO HISTORY WEEK, toujours en hommage à Douglas, dans le but de répandre dans les écoles noires, l’histoire de l’Afrique, ses résistant-e-s et ses cultures. 44 ans plus tard, grâce à la répétition de son succès, la Negro history week passe d’une petite période de 7 jours à une longueur mensuelle et devient, en 1970, le BLACK HISTORY MONTH célébré au mois de février une fois par an.